Présentation
Edito
Admin
Conferences
Conferences
Ateliers
Bulletins
Contacts Utiles
Liens
Conferences





SAISON 2018 / 2019


(2e semestre)




Mercredi 6 février 2019


« PAROLES DE FRUITS»


par Jean-Yves MAISONNEUVE, arboriculteur, créateur du jardin de Pomone (Saint-Denis-du-Pin, 17).



RéÉcouter





Mercredi 13 février 2019


«  LA PESTE, HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN »


par Claude LAJARRIGE, docteur en médecine, pédiatre (retraité).



RéÉcouter



Mercredi 13 mars 2019


« LA CONSTRUCTION D’UNE NATION :

LE CAS DE L’AFRIQUE DU SUD »


par Christian et Annie LABAT, agrégés de lettres classiques.



RéÉcouter



Mercredi 27 mars 2019


« ALIÉNOR D'AQUITAINE

UNE REINE à LA CROISÉE DES CHEMINS »


par Lucienne Nicolini , professeur d'histoire-géographie.


        Née en 1120 ou 1122 en Aquitaine, Aliénor décède le 31 mars ou le 1er avril 1204 à l'abbaye de Fontevrault. Sa vie couvre donc presque tout le XIIe siècle.                  

        Mariée très jeune (1138) au roi de France Louis VII auquel elle donne deux filles, elle obtient l'annulation du mariage pour épouser Henri II Plantagenet en 1152, avec lequel elle a huit enfants. 

        En 1154 Henri Plantagenet et Aliénor deviennent roi et reine d'Angleterre. C'est alors qu'Aliénor peut révéler son talent de grande femme politique, fidèle à sa recherche d'ordre, de paix et de justice.

        Femme de haute culture occitane, elle favorise l'épanouissement de la littérature et des arts, à la croisée des chemins entre Aquitaine des troubadours, France du Nord des chansons de gestes, et Angleterre des légendes arthuriennes.




Mercredi 3 avril 2019



« PETITE HISTOIRE DES GRANDES CIVILISATIONS »


Par Heinz WISMANN, directeur d'Etudes à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.


        Toute grande civilisation se fonde sur un rapport particulier au temps. Or ces rapports sont essentiellement au nombre de trois, ils déterminent chacun une certaine vision de l'histoire.

        Alors que la première tire la compréhension du cours des choses du passé, en se basant sur le récit des origines et un ensemble de mythes fondateurs (dont celui de l'Âge d'Or), et que la seconde la recherche dans l'avenir, en déduisant le sens des événements de leur finalité utopique, la troisième privilégie l'intensité du présent, pour y ancrer les destins individuels et collectifs, qui forment la trame d'un devenir sans commencement ni fin.

        À ces trois représentations de l'histoire, cyclique, linéaire et ponctuelle, correspondent des modèles socioculturels nettement distincts, dont les interférences contemporaines appellent une analyse approfondie.




Mercredi 10 avril 2019


« MADAGASCAR, ENTRE PAUVRETé ET INéGALITéS »


par Christian BOUQUET, professeur émérite de géographie politique à l'Université Bordeaux Montaigne,

chercheur au laboratoire LAM (Les Afriques dans le Monde) de Sciences-Po Bordeaux.


        Madagascar présente le paradoxe d'avoir été l'un des pays dont l'économie était l'une des plus prometteuses des ex-colonies françaises et d'être devenu l'un des seuls pays au monde dont le niveau de vie des habitants n'a cessé de régresser depuis 1960.

        La pauvreté, soulignée par tous les indicateurs, est visible partout, sur les hauts-plateaux comme sur les côtes, dans les villes comme dans les campagnes. Elle s'accompagne d'un creusement des inégalités que le modèle économique appliqué depuis plusieurs décennies ne parvient pas à juguler.

        Plusieurs thèmes seront abordés pour illustrer la situation de Madagascar : l'inventivité du secteur informel, qui permet la survie du plus grand nombre ; les mécanismes d'accaparement des terres ; la faillite des élites politiques, à la lumière des élections de décembre 2018.



Mercredi 15 mai 2019


« LES ROUGON MACQUART D'ÉMILE ZOLA

HISTOIRE NATURELLE ET SOCIALE D'UNE FAMILLE SOUS LE SECOND EMPIRE »


par Marie-Christine LABRY, professeur agrégée de lettres classiques, enseignante chercheur de l'université Toulouse I.


        Ce n'est pas Zola qui imagina le premier de faire réapparaître les mêmes personnages d'un roman à l'autre dans un cycle romanesque. Ce fut Balzac, dans la Comédie Humaine.

        Mais, s'inspirant de l'entreprise de Balzac, Zola, quelques décennies plus tard, met en chantier un projet tout aussi ambitieux : il élabore l'arbre généalogique d'une famille fictive, les Rougon-Macquart. Le sous-titre qu'il donne au grand œuvre est tout un programme : « Histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire ».

        Pari tenu ! Des dizaines de milliers de pages naturalistes retracent, pour notre plus grand bonheur, la vie des Français de 1851 à 1871.

        Zola ou la conscience humaine !





Mercredi 22 mai 2019


« VOUS AVEZ DIT CUBISME ? »


par Claudine RIOU, professeur agrégée d'histoire-géographie, ancienne élève de l'école du Louvre,

conférencière agréée du ministère de la Culture et du ministère du Tourisme



Le nom « cubisme » est une mauvaise appellation.

Il n'y a pas de cubes dans le cubisme ! Et pourtant le mot entre dès 1912 dans l'histoire de l'Art.

Il n'y a pas un mais des cubismes :

  • De 1908 à 1914, le cubisme « intellectuel » de Braque et Picasso, une expérimentation en constante évolution.

  • À partir de 1911, le cubisme « artistique » des Salons où exposent Léger, Delaunay, Gleizes, Metzinger à la recherche d'un style cubiste à la française fait d'une audace novatrice mesurée.

  • Enfin un cubisme international des avant-gardes russes et britanniques.

La guerre marque l'arrêt des Salons, la dispersion des artistes qui, pour beaucoup, partent au front. Le cubisme historique s'achève en 1914. Une aventure brève et intense, sans soubassement théorique mais dont la postérité sera immense.